retour à la page d'accueil
abstraction faite
pdf à télécharger dawans[1]
pdf à télécharger genardbergilez[1]
retour à la page d'accueil retour     » voir les vignettes : abstraction faite     » photo : hantai 1 / n°1 sur 3

   +    ++   D
Il n’est pas question de nier l’intérêt de la naissance de l’abstraction en peinture, puis en architecture : lire à ce sujet en pdf les intéressants articles de la revue Interval(le)s.
Mais de s’interroger sur ce que l’abstraction , puis la dématérialisation de l’architecture, telle qu’elle aime à se figurer : rendus de concours diaphanes, publications regorgeant d’images de synthèse,… peut laisser voir de la culture architecturale actuelle, de son rapport distant à la matière.
Si, comme l’écrivait Bachelard :
« la réalité matérielle nous instruit : à force de manier des matières très diverses et bien individualisées, nous pouvons acquérir des types individua lisés de souplesse et de décision… (La terre et les rêveries de la volonté, Corti,1947),
on peut alors se demander ce qui guiderait la conception d’une architecture sans rapport à la matière ? n’y a-t-il pas là une fuite devant la résistance de la matière ?
fuite stérile et dangereuse en ce que prôner la simple absence de la matière engendre son lot de réactions violentes :
réaction de la matière, ainsi niée (apparition de fissures mal venues dans un mur conçu comme un grand monochrome blanc,…),
mais aussi réactions de vandalisme : si ce mur ne me parle pas, je vais parler à sa place …

Il y a, heureusement, d’autres pistes :
De même que Simon Hantaï, (voir les 3 reproductions ) qui vient de disparaître, laisse une œuvre, qui, pour abstraite soit-elle, se confronte à la matière, celle du papier, celle du tissu, dans ce qu’elle a de moins lisse, de plus rebelle au contrôle, (lire "L'étoilement" de G. Didi-Huberman (Minuit,1998))
de même peut-on espérer conjuguer ce que l’architecture minimaliste apporte (du calme, entre autre) avec un jeu des textures, des grains de matière, où le bois excelle.
Merci de faire part
ici
de vos remarques.