retour à la page d'accueil
animisme
pdf à télécharger les totems de Genève
retour à la page d'accueil retour     » voir les vignettes : animisme     » photo : Biblia Sancti Martialis Lemovicencis / n°1 sur 6

   +    ++   D
Je n’étais pas venu à Souillac pour voir le trumeau dans l’église : j’ignorais son existence.

C’est un autre empilement de vie que je venais voir, et entendre : le jazz !

Et c’est celui-là qui m’est tombé sous les yeux, ce pilier vivant., là depuis l'an 1120 environ.(Pour donner un repère, c'est l'époque d'Abélard : l'église châtre, comme par hasard, celui qui écrivit: "En doutant, nous nous mettons en recherche, et en cherchant nous trouvons la vérité"

Donc, bien sûr, il y a le thème imposé, par l’Eglise : le chaos de l’animalité en face, et à gauche l’homme sans dieu, à droite l’homme avec dieu.

Mais un thème, une grille ne fait pas la musique.

Et il y a là musique. Musique comme celle des animaux musiciens de Brême, juchés eux aussi les uns sur les autres.
Une peinture du chaos, mais joyeuse, mais pleine d’énergie : comme un consentement au chaos.

Et si tout cela avait été peint ? comme un totem ? J'avais mis sur cette page une photo de totem, glanée sur Internet, ce qui m'a valu une amende de 475 euros, à payer au fonds Getty ! Je trouve cela inique, et je tiens à le signaler. Quand toutes mes photos ici circulent libres de droit, cela fait rager, d'autant plus que pas un seul de ces 475 euors n'ira aux Indiens, mais au fonds Getty. Et j'ai bien sûr retiré la photo ...

Les analystes (Baschet, Schapiro, Golsenne,…) se sont déjà écharpés sur ce trumeau, projetant sur lui leurs fantasmes, et sur les autres leur mépris.

Oublions-les. Oublions aussi l’histoire, et pas la géographie : Angkor, l’Inde....

Il s’agit d’une colonne vivante, c’est là la question. Aussi vivante que chez le facteur Cheval.

Chaque colonne que l’on pose est vivante, elle a une âme.(Souvent, c'est d'une manière plus discrète)

Sinon, c’est raté !

Chaque poutre évidemment aussi. Chaque élément l'un après l'autre. Et le tout.

On appelle « animisme » (selon le Dictionnaire de la Langue Philosophique de Foulquié, PUF, 1969) « l’attitude consistant à attribuer aux choses une âme analogue à l’âme humaine ».
L’architecture est un animisme.

Sinon, c’est pas la peine….

Il y a du boulot !!

On peut lire ceci dans "La douceur de l'ombre" d'Alain Corbin (Fayard,2013) : "En Crête, des piliers de bois et de pierre abritaient, pensait-on, l'âme d'arbres sacrés. Afin d'expliquer le culte que l'on rendait à ces piliers, l'archéologue Evans s'était employé à reconstituer les rituels par lesquels on installait l'âme d'un arbre dans une colonne. Dans cette perspective, un groupe de piliers pouvait bien être un bois sacré transféré. On comprend, dès lors, d'autant mieux la lutte menée contre le culte des piliers et des poteaux, omniprésente dans la Bible."

Ce qui nous ramène à Souillac : planter une colonne vivante dans une église, c'est suivre le thème imposé, pour mieux le le subvertir.

Un peu comme le jazz a subverti les codes musicaux de l'église ?