retour à la page d'accueil
crimes
pdf à télécharger William Curtis
retour à la page d'accueil retour     » voir les vignettes : crimes     » photo : Angelot petite délinquance 1 / n°1 sur 6

   +    ++   D
« … ils ne savent pas qu’en décrochant les toiles et brisant les statues, les puritains se chargent d’être eux-mêmes les seuls ornements de leur temple : ils ne savent pas ce qu’ils font .» P.Senges, Fragments de Lichtenberg, (Verticales 2008.)

Cette introduction ironique au centenaire de « Ornement et crime » d’Adolf Loos (Rivages poche), qu’accompagne le « Design et crime » d’Hal Foster (Les prairies ordinaires, 2008), pour poser le problème de l’ornement, non pas en soi, mais dans ce qu’il dévoile du rapport entre Maîtrise d’œuvre et Maîtrise d’Ouvrage : de querelle esthétique, essayons de passer à une analyse politique.
Adolf Loos lâche : « … tout Etat, finalement, part de l’hypothèse qu’un peuple à un stade peu élevé est plus facile à gouverner. Alors soit, l’épidémie de l’ornement est reconnue officiellement et subventionnée par des fonds d’Etat. ».

Et Hal Foster, 100 ans plus tard, de souligner les rapports ambigüs de certains architectes, dont Frank Gehry, avec la société marchande (qui a remplacé la Kakanie de Loos) :

« … Gehry travaille dans la « logique culturelle » du capitalisme tardif, en lui empruntant son langage du risque et ses effets spectaculaires »

Le crime, dans tout ça, n’est pas dans l’ornement, ni dans le bâtiment « ornement » d’un quartier de ville, mais dans le rapport à une logique dominante, et dans la flagornerie qu’il suscite.
Il est permis de se demander si les nouveaux accessoires « HQE » qui ornent nos projets ne participent pas de la même logique : la toiture végétalisée, le brise-soleil, le panneau photovoltaïque, promus au rang d’ornement …

Pour vos commentaires, vous rendre

ici même

Actualisation du 11 décembre 2008 : voir en pdf, l'article de W.Curtis, qui exprime, je pense, les mêmes choses, très clairement.