retour à la page d'accueil
décroissance
retour à la page d'accueil retour     » voir les vignettes : decroissance     » photo : mensonge / n°1 sur 3

   +    ++   D
Ces superbes images de la lune décroissante, dues à : ce site d'astronomie et à celui-ci pour illustrer, et éclairer un thème sujet à de graves incompréhensions.

La lune dit-on, est une menteuse, qui affiche un C en décroissance, un D en croissance .

Elle n’est pas la seule dans ce cas !

Peut-être que la décroissance, en économie, comme en astronomie, c’est jeter sur le même objet un éclairage différent.
Pour s’y essayer :
Il y a peu de rapprochement possible entre la décroissance, telle que la plaide ses partisans , et la récession actuelle.
D’un côté, une retraite en bon ordre devant la montée des dangers que la croissance, envisagée comme religion, a provoqués.
De l’autre une débandade, où les généraux s’enfuient en parachute doré, tandis que l’infanterie est décimée par les fermetures d’entreprises.

Que n’a-t-on pas dit de la décroissance ?
Qu’il était facile de la prêcher quand on est un nanti.
Alors que les nantis ne vivent que de la croissance : la panique du capitalisme devant le moindre soupçon de stagnation en dit long sur ce qui est la condition de son existence.
Que c’est un retour à la bougie , ou à l’âge des cavernes ?
Quand il s’agit précisément d’éviter à nos petits enfants une telle perspective.

Et qu’il est proposé de sortir enfin de cette perspective unidimensionnelle, d’un curseur sur la flèche du temps, pour essayer d’emprunter des chemins qui bifurquent.

Et le bois, dans tout ça ?
Sa situation de marchandise mondialisée, alors que le maintien des forêts est indispensable à la survie de ceux qui y habitent, et à celle de l’humanité, doit nous inquiéter.
Défendre l’usage du bois n’interdit pas de s’interroger sur les limites d’un emploi qui va, lui, croissant.
Du bois pour tous, certes, mais en s’interrogeant sur :
le rapport entre les quantités extraites des forêts et celles mises en œuvre : quelle forme est la plus efficace à cet égard : bois massif, bois rond, bois contrecollé … ?
sur les énergies liées au transport : faut-il faire venir du bois de Scandinavie, ou d’Autriche, quand les forêts françaises en sont riches ?
sur les langages possibles qui intègreraient cette nouvelle donne, sinon de la rareté, du moins de mettre un produit à la disposition de tous, et non pas d’une minorité : fini les profusions de bois dont je me suis régalé ?

Je ne suis sûrement pas le seul à me demander comment décroître en douceur
racontez-moi comment vous l'envisagez