retour à la page d'accueil
deuil et construction
retour à la page d'accueil retour     » voir les vignettes : deuil et construction     » photo : 15h47 / n°1 sur 3

   +    ++   D
Dans quel trou de l'âme, tout ce béton ?

Sur quelle blessure intime cloue-t-on ces planches ?

Pourquoi cette rage de construire, parfois même au nom de préoccupations environnementales, alors que la plupart des besoins sont largement couverts ?
Y a t-il un lien entre notre rage de construction , et le deuil ? le fait que nous nous sachions mortels ? que nous sachions quelle blessures le temps inflige à tout ce qui vit ?

Un film récent : "Un amour de jeunesse", m'a remis sur la piste de cette vieille interrogation.
Dans le film de Mia Hansen Love : « Un amour de jeunesse », l’architecture apparaît chez la principale protagoniste du film, comme ayant rapport immédiat avec le deuil (de la relation amoureuse).
Chez le professeur d’architecture, qui apparaît dans le film, elle est comme un deuil de la pratique de la musique.
Ceci est un brouillon, encore plus que tout le reste , mais brouillon nécessaire , pour y voir plus clair, même si :

« Plus je vois clair en moi, disait Fernando Pessoa, plus c’est sombre »

Alors , construction contre deuil ?
Au-delà de cette simple idée assez banale de construction, qui apparaît à ces moments de la vie où il s’agit bien de construire, ou reconstruire, le thème semble riche, et pourtant apparemment inexploré.
Construire, parce que nous sommes mortels ?
« Construire, est un acte de désespéré » a écrit Giono : paradoxe ?
quand tant de « projets de vie » reposent sur la construction d’un toit ? voire .

A se demander si , comme tant de pièces de luth ou de viole du XVII ème siècle portant le nom de "Tombeau de..." , chaque oeuvre construite n'est pas (aussi) un monument funéraire dressé en l'honneur d'un proche, d'un maître, ....
Ailleurs,et à ce sujet chercher : "Mélancolie des constructeurs" dans le blog
l'Oeil des chats
là , c’est le deuil des illusions, que rageusement on expie à coup de constructions :
des constructions pour oublier les rêves d’autres constructions :
construction d’autres rapports sociaux, par exemple.

Gilles Clément a pu écrire : « une force constructive dont le seul but est de contourner la mort, d’y échapper »

A suivre...
Ce ne sont pour le moment que des cailloux de Petit Poucet, reste à dessiner le chemin, et la forêt, avant d'être mangé par l'Ogre !