retour à la page d'accueil
feu
pdf à télécharger incendie de Londres
pdf à télécharger rapport essai
pdf à télécharger test 1
pdf à télécharger feu de bois
pdf à télécharger Avis 5641
retour à la page d'accueil retour     » voir les vignettes : feu     » photo : Great_Fire_London / n°1 sur 8

   +    ++   D
"Cependant, me dis-tu, il arrive parfois que, sur les hautes montagnes, des arbres, contraints par un vent impétueux, entrechoquent et frottent leurs cimes, où éclôt enfin une couronne de feu resplendissante.
Sans doute; mais il ne faut pas croire que le bois contienne du feu: il ne renferme que des atomes inflammables, qui , amassés par le frottement des arbres, allument un incendie dans les forêts.
Si la flamme se cachait au sein des forêts mêmes, elle ne pourrait se contenir un instant: elle brûlerait sans cesse les arbres, et elle dévorerait les bois." (Lucrèce, De Natura Rerum)

Nos rapports avec le feu n’ont rien de rationnel :
C’est le mythe de Prométhée.
C’est la fascination pour la flamme, telle que la décrit Bachelard : feu dévorant jusqu’à la peur qu’il exerçait.
Avant d’être synonyme de destruction, le feu, cette première conquête de l’humanité naissante, est témoin de vie.
Dire d’un village qu’il comptait cent feux, c’était compter les foyers, les familles rassemblées autour de l’âtre.
Combien de feux allumés aujourd’hui viennent, au-delà de logiques révoltes
, de l’absence de réels foyers, d’un simple manque de flammes ?

En attendant,...
Grand Incendie de Londres en 1666….
Incendie, après séisme, de Tokyo en 1923….

Les images hantent les mémoires, et les règlementations incendie telles les Règles Bois-feu 88, qui assignent au feu une vitesse de propagation contrôlée (0.7 mm/minute) ne peuvent suffire à nous rassurer.
Ce pourquoi un test a été organisé récemment, pour tester la durabilité d’un plancher destiné à l’Ecole du Centre de Pantin, pour suppléer le manque de données en provenance des organismes subventionnés : FCBA, Ecoles diverses et variées, CRIT,…
L’enjeu était de permettre l’existence de solutions de planchers économiques, non tributaires d’un unique fournisseur, laissant visible la structure, pour une meilleure lisibilité et une hauteur sous plafond maximale. Le prix à payer : 7500 euros essai et rapport + coût de l’éprouvette ( 4 m2 environ)
Voir l’éprouvette sur plan « test1 » en pdf.
Voir l’ Avis5641 en pdf, pour le résultat : 1 h 42 de degré coupe-feu, avec une solution d'une simplicité enfantine.
Résultat : une expérience, qui dispense de s’user en discussions stériles avec le bureau de contrôle sur l’exégèse de textes surannés, incompatibles entre eux, en pure émanation du travail de technocrates et de marchands associés : nos actuels DTU et Eurocodes compris.
Et un savoir qui progresse ...

Vous avez d'autres solutions ?
Parlons-en.