retour à la page d'accueil
la machine de Chicago
pdf à télécharger contibution de Stéphane Roche
film à visionner machine
retour à la page d'accueil retour     » voir les vignettes : la machine de chicago     » photo : Tintin / n°1 sur 2

   +    ++   D
Un mythe hanta le XXème siècle, et survit encore aujourd’hui : celui de la machine se substituant entièrement au travail humain.
Non pas la simple peine, la vapeur ayant pris le relais il y a longtemps, mais bien le travail, dans toute sa complexité.
La machine de Chicago, que représente Hergé dans « Tintin en Amérique » est représentative de ce mythe : les bœufs y entrent vivants, pour ressortir sous forme de « corned beef ». En ces quelques images, un raccourci saisissant :
- Ce qui sort de la machine n’est qu’une forme dégradée de la matière.
- Le danger de déshumanisation est figuré crûment par la chute de Tintin dans le broyeur.
« L’horreur économique » de V.Forrester montre l’homme expulsé d’un circuit économique dont l’idéal est de laisser vivre seulement les consommateurs nécessaires.
Au-delà, s’il faut se réjouir de construire à bas prix voir ici Emmaüs Montpellier
grâce aux machines à commande numérique, sans que le chômage des char pentiers menace (loin de là !), on peut tout de même méditer la phrase d’I.Illich :
« L’homme a besoin d’un outil pour travailler, non d’un outillage qui travaille à sa place ».
Et , pour éviter la mésaventure de Mickey, dans l'apprenti sorcier
, exiger que chacune de ces machines soit pilotée par un charpentier, c'est-à-dire quelqu’un ayant une connaissance du bois, et de ses propriétés.
Votre avis m'intéresse,vous pouvez me le transmettre

ici même
Il sera affiché sur cette page.

Actualisation du 24 octobre 2008 : une longue contribution de Stéphane Roche, riche d'une double expérience , dans la mécanique, et dans le bois.