retour à la page d'accueil
le travail manuel n'existe pas
retour à la page d'accueil retour     » voir les vignettes : le travail manuel n existe pas     » photo : m'004 / n°1 sur 8

   +    ++   D
Notre regretté Président a jadis opposé les pays fournisseurs de force brute, et ceux où brille l’intelligence, comme le nôtre.

Lui qui se pique de spiritualité, pourrait très utilement consulter le site suivant, où le rapport entre travail manuel et travail intellectuel est bien posé.
Il est difficile d’être plus complet sur le sujet.
On peut juste remarquer que le Littré, en 1848, ne mentionne ni travail intellectuel, ni travail manuel. L’apparition et le développement de ces concepts s’est accompagné depuis 160 ans d’un écart croissant de rémunération entre l’un et l’autre, ce qui n’est pas un hasard.

Le titre de cette rubrique, volontiers provocateur, s’inspire de cette réflexion que, pour peu qu’un travail manuel nous fasse rencontrer la matière, matière inerte ou matière vivante, cette pratique non seulement nécessite de l’intelligence, mais encore la nourrit : en ce sens, le travail purement manuel n’existe pas .

Allant plus loin, on peut même avancer que c’est grâce à la rencontre de l’autre, et à celle de la matière, par nos mains, que le cerveau humain a pu se façonner au cours des millénaires.
La question alors se pose de savoir ce qu’il peut advenir d’une civilisation qui fait tout pour évacuer, délocaliser, exporter le travail manuel.

La source de savoir que représente le contact avec la matière rétive une fois tarie, notre cerveau, seulement perfusé par le texte et l’image, n’en a plus pour longtemps, à mon avis.

En illustration, les mains à l'oeuvre, s'imprimant sur la terre du Mali.


Votre avis m'intéresse !

Envoyez là vos idées