retour à la page d'accueil
les rochers Gréau
retour à la page d'accueil retour     » voir les vignettes : les rochers greau     » photo : Aime / n°1 sur 16

   +    ++   D
MERCI A STEPHANE POUR CETTE CONTRIBUTION , BIEN DANS L'ESPRIT DU SITE

7 Août 2008 : une tempête éclate dans le sud.
Très localisée, son courroux a été aussi terrible qu’en 1999.
Malheureusement, c’est souvent par ce genre d’évènements que la nature nous rappelle que des lieux uniques se cachent bien souvent derrière chez nous.
Là bien blotti entre des pâtés de maisons et quelques routes qu’a déposés la modernité, le massif des rochers Gréau a subi de plein fouet la tornade. Eole a brisé et déraciné les arbres.
Depuis 6 mois déjà, l’accès à ce lieu est « interdit ». Et pourtant !
Patrimoine « préhistorique », ce parc naturellement boisé, surmonté par deux monts qui surplombent la campagne environnante est un véritable point de rencontre intergénérationnelle. A l’heure où tout le monde phosphore pour trouver des solutions artificielles pour rapprocher les générations, ces rochers et ces arbres le font naturellement.
Jeunes, vous crapahutez jusqu’au sommet pour escalader les rochers de grès érodés malicieusement par le temps. Quid de la tortue ou du bonhomme qui chante. Chacun peut les baptiser à sa façon, un peu comme un regard juvénile le fait des nuages.
L’âge venant, vous pouvez commencer à redescendre en empruntant le beau GR très conventionnel ou les chemins de traverses tracés par les déboulées des quidams.
Ici, les gens se croisent, se rencontrent, se saluent et échangent avec bonne humeur alors qu’une minute auparavant sur un trottoir de la ville, ils ne se seraient même pas vus.
Nulle place au stress et à la précipitation, le bruissement d’un souffle dans les arbres, la quiétude d’un rocher multi millénaire et tout s’efface.
Et oui, six mois c’est long, les arbres continuent à agoniser, seuls, couchés sur le sol. Nullement pressé de redonner vie à ce havre de paix te de fraternité, la municipalité venait seulement de terminer le nettoyage de 1999 ! Des affiches annonçaient un programme. Alors la nature a frappé à nouveau semblant dire qu’elle n’avait nulle besoin qu’on la sculpte artificiellement pour être magnifique. Devra-t-on attendre encore dix ans pour soulager l’automutilation qu’elle s’est imposée. On n’entend bien quelquefois l’écho des tronçonneuses polluées la quiétude de l’endroit.
Une petite équipe de bucherons, bien dérisoire, fait pétarader les tronçonneuses, certainement pressée d’avoir du rendement.
Va-t-on revendiquer encore et toujours des problèmes de sous,
alors que 1000 « bucherons » amateurs seraient près à participer et au passage chauffer leur maison ?
Rendement illusoire ou solidarité efficace, les autorités ont choisis leur camp. Mais une tronçonneuse en décide quelquefois autrement et s’évade un instant pour inviter les promeneurs à rester un peu plus. Ce sont bancs, siège, flèches ou autre qui renaissent des arbres sacrifiés.
Ce bûcheron, heureusement a su garder ses yeux d’enfants.

23 Janvier 2009 : Klaus a frappé le Sud ouest.