retour à la page d'accueil
montaigne
pdf à télécharger discours de la servitude volontaire
retour à la page d'accueil retour     » voir les vignettes : montaigne     » photo : A Paris / n°1 sur 13

   +    ++   D
Depuis la publication de la notice consacrée à Diderot, le fantôme de Montaigne revient me persécuter : "Si Diderot a édité des planches gravées avec des charpentes, moi, j'ai fait graver les poutres mêmes de ma bibliothèque !"

Voir
ici
ou


pour découvrir l'ensemble des poutres pensantes. (ou pensives ?)

S'il est besoin d'anniversaire pour ressusciter la mémoire des morts, c'est cette année le 450ème de la mort de La Boétie,
(voir en pdf le toujours actuel "Discours de la servitude volontaire),
à qui Montaigne a dédié sa bibliothèque, comme on peut le lire dans "Essais sur poutres, peintures et inscriptions chez Montaigne " de A.Legros (Klinksieck,2001)
Montaigne a été récemment traduit en français moderne : Edition Lanly (Quarto Gallimard,2010), même si rien ne remplace la saveur de la langue première.

Des livres sur Montaigne sortent comme champignons après la pluie (et il pleut ce printemps !) , ou plutôt comme un parapluie s'ouvre, pour nous couvrir en ces temps d'intolérances :
c'est le "Montaigne, une vérité singulière", de J.Y.Pouilloux (Gallimard,2012), qui nous montre que rien n'est simple ni définitif chez lui,
et le "Comment vivre : une vie de Montaigne en une question et vingt tentatives de réponse" de S.Bakewell,(Albin Michel,2013) qui est une porte d'entrée aisée au château de Montaigne.

Entrons donc, cela en vaut la peine, ne serait-ce que pour sortir du bois, sans quitter les préoccupations de qui a rapport avec la science, et donc au doute.

"Encore ne sais-je", cette réserve presque systématique, qui achève les réflexions tourbillonnantes de Montaigne, ne devrait-elle pas être la devise de cette mienne profession où le doute, interdit d'expression, n'en devrait pas moins être une ardente obligation.

Lever le nez vers les solives de Montaigne a tôt fait de nous le rabattre.

En voici quelques exemples, pour vous permettre de vous livrer à cette gymnastique assouplissante :
"Toujours le réel par sa complexité dépasse les mots de l'homme" (Ecclésiaste)

"Si quelqu'un estime savoir quelque chose, il ne sait pas encore ce que savoir veut dire" (Paul de Tarse)

"Ce dont tu es le plus fier, la belle image que tu as de toi, voilà ce qui te perdra" (Ménandre)

"C'est possible, et ce n'est pas possible" (Sextus Empiricus)

Le doute est bien la couleur dominante dans ce plafond, mais tant qu'à laisser les solives apparentes, autant y laisser aussi apparaître comme un doute.

"Montaigne nous apprend à ne pas croire à lui." Louis Scutenaire.

Et n'oubliez pas les arondelles !