retour à la page d'accueil
refuges
retour à la page d'accueil retour     » voir les vignettes : refuges     » photo : Kuo Shi clartés d'automne dans la vallée / n°1 sur 7

   +    ++   D
Il y a plus de mille ans, déjà, des peintres comme Kuo Shi, ou Yen Wen Kui, ou, plus tard, Li Shan (L'Espace du rêve, François Cheng, Phébus, 1980), ont figuré, au sein de paysages grandioses, la maison de l'homme, à sa juste place.

Il faut parfois chercher longtemps pour la trouver .

J'ai mis les solutions, en fin des photos ...
Rélégué par le pouvoir dans ces contrées hostiles,le lettré y finissait ses jours.

C'est du moins ainsi que les choses étaient présentées, alors qu'il daignait juste laisser au pouvoir une lointaine capitale .

Là , il pouvait, selon le titre de l'ouvrage de François Jullien , "Vivre de paysage" (Gallimard, 2014) :

" Comme on peut y rester des heures, on y éprouve les transformations silencieuses de la lumière du jour, du temps qu'il fait. Comme on peut y venir en toute saison, on y éprouve les changements de l' année. On y écoute autant qu'on y regarde : le bruissement continu du vent dans les branches, que rompt soudain un cri strident, ou bien l'ombre que laisse passer sur le sol, un si court instant, un nuage. On y éprouve le paysage dans son nuancement continu : on s'y emplit de paysage comme ce qui nous fait apparaître ce qu'est le monde...."
Vivre de paysage, donc, et faire silence...