retour à la page d'accueil
retour à la bougie
pdf à télécharger retour à la bougie
retour à la page d'accueil retour     » voir les vignettes : retour a la bougie     » photo : La Tour 1 / n°1 sur 3

   +    ++   D
A toute personne contestant le mythe du progrès ou simplement la main-mise de la technique sur la vie des hommes , il est opposé un narquois:« vous voulez revenir au temps de la bougie ? »
C’est médire.

La bougie, qu’on allumait le soir, rythmait le temps de la veillée.
A son extinction, chacun allait dormir, un temps s’achevait.
Sa fin inéluctable répétait jour après jour la nôtre.
La notion de temps fini dominait, comme dominait aussi celle de ressources finies : comme la bougie, les réserves dans les greniers diminuaient.
Cet apprentissage quotidien avait un sens.

Dans un registre appartenant à la culture classique, la peinture s’aidait de la bougie, pour incliner à la méditation : chandelles et bougies abondent dans les tableaux de La Tour, pas seulement comme point de focalisation de la toile, et source d’une lumière vite absorbée par les ténèbres:
"un tête à tête de l'homme avec lui-même à l'aide d'une flamme" (P.Quignard, Georges de La Tour, Galilée,2005)

Les « Vanités » représentaient souvent un crâne et une bougie éteinte, comme symboles de l’impermanence des choses, et de la vie humaine.
Nous voilà revenus, non pas à reculons, mais dans une fuite en avant, au temps de la bougie.

A cette exception près que la bougie, c’est la terre et ses ressources, et le temps de la veillée, qu’on aimerait voir s’éterniser, est celui de la survivance d’un mode de vie sur terre.

Et jamais le mot Vanité, n’a été aussi mérité.

Puisse cette bougie-là nous éclairer quelque peu.

26 novembre 2011 : le Président nous menace du "retour à la bougie" ! je n'attendais que ça depuis 2 ans !