retour à la page d'accueil
Opéra Jacques Brel à Vénissieux
plan en pdf à télécharger pliage
retour à la page d'accueil retour     » voir les vignettes : opera jacques brel a venissieux     » photo : acc1 / n°1 sur 4

   +    ++
Le projet a été aboli, anéanti par la bêtise d' Echologos , qui nous abandonne aux derniers jours d'un concours de 3 mois, et la perfidie du maître d'ouvrage, nous indiquant sciemment un moyen erroné pour présenter l'équipe dans ces conditions.
Vous n'en verrez donc rien ici, sinon la toute première esquisse de l'architecte.
Sachez juste que le projet ressemble à l'esquisse trait pour trait, et que c'est bien sûr celui auquel je tiens le plus.

Vous trouverez donc ici seulement la notice de présentation de l'oral, à laquelle je travaillais au moment où j'ai reçu la nouvelle funeste : pas d'oral, pas d'indemnité, pas même d'avis de la commission technique ... le projet est renvoyé au néant, tué dés la naissance.

OPERA JACQUES BREL : NOTICE POUR UN ORAL QUI N'EUT JAMAIS LIEU
L’historien de l’AntiquitéPausanias hésite à donner le nom de cité à Panopeus de Phocide car « cette ville ne possède ni bureaux d'administration, ni gymnases, ni théâtre, ni agora, ni fontaine ».
Vénissieux est une cité, au sens de Pausanias, possédant, bureaux, nous y sommes, gymnases, j’y ai contribué en partie, théâtre, bien nommé la Maison du Peuple auquel s’ajoute le projet qui nous réunit ici, et Agora.

L'AGORA
Il me plaît donc d’associer dans l’évocation que je ferai de la Préfabrique de l’Opéra de Lyon à Vénissieux, le théâtre et l’Agora : L’Agora, c’est le marché des Minguettes qui se tient à deux pas de la Préfabrique, le jeudi et le samedi. Une ville se bâtit, avec ses constructions, son éclairage si particulier, ses lieux d’échanges, mais aussi de repos, et de rencontre. Là se joue une grande part de la vie du quartier : amours et tensions le parcourent. A midi, cela finit. La ville de toile disparaît jusqu’au prochain marché.

Cette alternance rythme la vie du quartier comme pourrait la rythmer la séance de répéttion de l’Opéra de Lyon, ou celle de l’orchestre du Lycée, dans la même salle.

L'OPERA
A deux pas de là, donc, provisoire elle aussi, quoique plus pérenne, abritant elle aussi à sa façon, passions et drames, la Pré-fabrique, qui est pour moi l’Opéra Jacques Brel, tant sa liaison avec le Lycée Jacques Brel voisin est évidente.
Que Lycée et maison d’opéra voisinent est plus qu’un heureux symbole : c’est aussi un juste retour des choses, si l’on pense à la jeunesse qui vient danser sur le parvis de l’opéra de Lyon, en se l’appropriant, et en le faisant vivre, et que l’on voit ici un opéra qui vient se rapprocher de la jeunesse.
Notre projet se situe sur plusieurs lignes de partage :

TEMPS
La première porte sur la durabilité de l’ouvrage. Se situant sur une durabilité de l’ordre de 5 ans, il fait un pari à long terme, dont l’histoire nous enseigne qu’ils sont rarement tenus, à plus forte raison dans une période d’exacerbation des crises comme la nôtre. Il est donc pour nous potentiellement définitif, tout en étant aussi complètement démontable.

VILLE
La seconde porte sur le rapport entre ville et opéra. Le pari porte ici sur une double ouverture. Celle d’une ville et de ses habitants à un nouveau pan de la culture dont elle était tenue écartée. Celle d’une équipe, celle de l’Opéra de Lyon, à une nouvelle implantation géographique, avec ses richesses humaines. Les deux sont riches de promesses, pour peu que le lien se fasse, se construise dans la durée.
En effet, à la fois cette construction apporte au quartier, en complément au Lycée, avec sa vie intense diurne, une vie nocturne qui lui manque.
Et l’Opéra de son côté, héritier d’une longue tradition de spectacle réservé d’abord aux princes, dès Monteverdi, puis à la bourgeoisie, au XIX siècle, tout en ayant trouvé dans certains pays une écoute plus large, a besoin de se revivifier au contact d’un public doté d’une autre attente.

CONTRAINTES
On imagine avec plaisir un compositeur écrivant un opéra pour ce lieu, ce public, tout en envisageant l’ensemble du contexte comme une contrainte des plus tonifiantes. Ainsi avons-nous accueilli, nous aussi, les contraintes du programme :
La légèreté obligée, s’opposant à l’écran phonique nécessaire.
La démontabilité, s’opposant à une pérennité possible.
L’ouverture, s’opposant à une nécessaire sécurité.
La préfabrication, s’opposant à un sentiment d’unité.

UNITE DES REPONSES :
Pour ne pas nous perdre dans ces tensions, nous nous sommes orientés vers, un seul matériau, et vers des éléments plurifonctionnels, tâchant de leur faire assumer plusieurs rôles :

BOIS
C’est ce sentiment d’unité, qui a présidé au choix du bois.
La construction de la salle de répétition pour le CIRCA D’Auch, basée pour des raisons techniques (l’existence de coursives latérales) sur une structure en acier, avec panneaux bois de revêtement a mis en évidence l’intérêt de n’avoir qu’une entreprise, un seul lot, un seul matériau, le bois.
Le chapiteau qui complète le projet, en toile tendue sur structure bois, répond au souhait du Maître d’Ouvrage, ainsi qu’à l’image que l’on se fait d’un cirque, même pérenne. Il est par contre extrêmement difficile de réaliser d’une part isolation thermique et acoustique, d’autre part l’objectif de pérennité affiché ici avec un tel matériau. Les soucis de la toile tendue du Zénith de Strasbourg, nécessitant finalement des réglages quotidiens, nous confortent dans cette position.
Ce tour de piste fait, dans tous les sens du terme, le bois s’est imposé comme matériau de base unique pour la structure et l’ensemble de l’enveloppe.
ELEMENTS
Les échanges multiples entre les concepteurs, au premier rang duquel l’architecte, et le reste de l’équipe, se concrétisant par plus d’un millier de mails, ont permis d’aboutir au choix restreint d’un certain nombre d’éléments, où, sur le modèle du projet du Palais Royal, nous avons fait se conjuguer un certain nombre de fonctions.
Fonction formelle : l’architecture monolithique donne forme aux éléments.
Fonction statique : le pli rigidifie, ou porte.
Fonction thermique : le vide reçoit l’équipement
Fonction acoustique : le pli diffracte le son.
L’ensemble des personnages de ce chœur s’exprime, non pas à l’unisson dans une unanimité ennuyeuse, mais dans une polyphonie de formes, de types de surfaces, de couleur, où chacun chante dans la tessiture qui est la sienne.
Chacun a été étudié dans les rapports qu’il liera plastiquement, et statiquement, avec les autres. La relative neutralité de ces éléments leur permet de rentrer dans un jeu de Meccano autorisant dans une seconde vie, de nouvelles reconfigurations à moindre coût.

Je me permets modestement de voir dans ce jeu de construction donnant à chacun un rôle adapté à ses moyens comme une allégorie d’une construction plus vaste et plus ambitieuse encore, celle d’une Ville.

UTOPIE
Il entre dans le projet auquel vous nous avez proposé de travailler : la construction de l’Opéra Jacques Brel, une part d’Utopie qui nous a attirés dans ce projet, puis qui nous a motivés au cours de ces longs et intenses mois de travail.
Que ceci comporte une part de rêve , est ce qui en fait la force, et non la faiblesse, si l’on en croit Jacques Brel : il faudrait être fou pour ne pas rêver
Répondre à ce choix politique courageux est peut-être ce qui a permis de cimenter mieux encore une équipe.
Cherchant l’esprit qui a pu caractériser l’ambiance de travail entre nous, je suis tombé en arrêt devant une affiche de l’Opéra de Lyon, annonçant le spectacle PASSAGES : ‘un concentré d’énergie et de poésie’.
J’espère qu’un peu de tout cela transparaît dans le résultat que nous vous proposons, et que ces trois mois n’auront été qu’une simple Ouverture.

PLIAGE

Le pliage en pdf, permet de reconstruire la salle, qui est le coeur du projet. Imprimer sur A3 , grammage 200 g, découper et plier....